les Doria

Une des plus anciennes familles de Gênes dont le membre le plus illustre fut le condottiere Andrea Doria.
La famille Doria
Les Doria furent l'une des quatre familles les plus illustres et les plus anciennes de Gênes. Leur nom ainsi que celui des Spinola, des Grimaldi et des Fieschi est étroitement lié à celui de la cité jusque dans ses origines. Cependant à partir du XIIIe siècle, les sempiternelles luttes entre ces familles pour le pouvoir lassèrent le peuple, et par un arrêt datant de 1339, la noblesse fut écartée du pouvoir, les quatre familles exilées et un doge à vie fut porté à la tête de la république.

Les Doria s'illustrèrent également sur le plan militaire en conduisant les arméees gênoises dans les guerres contre Venise. Après leur retour au pouvoir en 1528, ils exercèrent d'importantes fonctions politiques, religieuses et militaires, et tous furent protecteurs des arts et des sciences.

Andrea Doria (Oneglia 1468-Gênes 1560)
Le plus illustre des Doria fut incontestablement Andrea Doria. Il eut très tôt le goût des armes, et proposa ses services à 19 ans à la république. Mais l'arrêt de 1339 tenait toujours, et il dut se tourner vers le pape Innocent VIII pour entammer sa carrière militaire. A la mort du pape, il servit plusieurs princes italiens, et à 24 ans, il entra dans la marine. Il commença alors une guerre glorieuse contre les corsaires turcs et barbaresques.

La rivalité entre François 1er et Charles Quint pour conquérir l'Italie ne put le laisser indifférent, et il opta après Marignan pour le camp français, bien que sa patrie eut embrassé celui de l'Empire. Il dispersa notamment la flotte impériale devant Marseille qui était encerclée aussi sur terre par le Connétable de Bourbon. Lorsque François 1er fut fait prisonnier à Pavie (1525), il passa deux ans au service du pape Clément VII, puis revint au service du roi de France.

Cependant le manque de bonne foi de François 1er qui s'était engagé à rendre Savone à Gênes et les mesquineries des ministres jaloux l'ulcérèrent, si bien qu'en 1528 il passa au service de l'Empereur. Il chassa les galères françaises devant Gênes et y entra sous les acclamations de ses concitoyens. Maître de tous les pouvoirs dans la ville grâce à ses accords avec Charles Quint, il s'employa à assurer le bonheur et l'indépendance de sa patrie, et établit une nouvelle constitution qui dura jusqu'au XIXe siècle.

Il continua aussi à lutter en Méditerrannée, chassant les Français de Corse, prenant Tunis en 1535, combattant les flottes de Soliman et de Barberousse (même si Venise soupçonna un accord secret entre les deux marins pour expliquer la fuite de Barberousse à Prévésa en 1539). Il commanda lui même ses galères jusqu'à l'âge de 90 ans, et fut secondé sur ses dernières années par son neveux Gianettino Doria. Mais l'arrogance de ce dernier lui valut d'être victime d'une conspiration, et Andrea Doria ternit un peu son prestige par la cruauté avec laquelle il le vengea.

Le grand homme mourut en 1560, il avait 93 ans.

Jean-Andrea Doria
Il fut le fils de Gianettino Doria. Moins illustre que son grand oncle, il perpétua toutefois la brillante dynastie en combattant pour le roi d'Espagne le Turc en Méditerrannée. Il participa en particulier à la victoire de Lépante en 1571, où il entraina le dangereux corsaire Euldj Ali à l'écart du centre du combat.


Texte de FXC
Retour la page des souverains
Retour la page de l'Italie
Retour au sommaire