Euldj Ali

parfois orthographié Ulugh Ali ou Ouloudj Ali. Ou encore Ochéal ou Occhiali
(1520-1587)
Corsaire et Bey d'Alger.


   Le destin singulier de Giovan Dionigi Galeni commence en Calabre comme pauvre pêcheur. Il y fut enlevé par les Turcs à l'âge de seize ans et fut vendu comme galèrien à Istanbul. S'étant convertit à l'Islam, il prit le nom d'Euldj Ali (Ali-le-Renégat), puis devint corsaire et servit Barberousse au côté de Dragut, puis finit en 1568 richissime et puissant bey d'Alger.

   L'année suivante, il profita des révoltes des Morisques de Grenade, qu'il encouragea, pour attaquer Tunis par la terre (la mer étant impraticable pendant l'hiver). La ville qui était sous influence espagnole tomba en janvier 1570 sans coup férir, sa défense s'étant dérobée.

   Euldj Ali était un excellent marin, probablement le meilleur au service du Grand Turc. Avec une quarentaine de galères il participa à la bataille de Lépante en octobre 1571. Après avoir été entraîné un peu à l'écart des combats par le Gênois J.A. Doria, il fit un grand massacre de chrétiens. Mais devant la déroute de l'armada turque, il pris la fuite, sauvant ainsi trente galères.

   Après Lépante, il pris le commandemant de la flotte turque, et mena quelques expéditions en Morée (le Péloponnèse) l'année suivante. En septembre 1574, il reprit Tunis dont don Juan d'Autriche s'était emparé un an avant, et il mena aussi la flotte turque en Mer Noire.

   Euldj Ali mourut en 1587.


Texte de FXC
Retour la page sur l'empire ottoman
Retour au sommaire principal